Plastir n°39 – 06/2015

L’ESTHÉTIQUE DE L’INEFFABLE – FRAGMENTS HERMÉNEUTIQUES DE L’ŒUVRE DE YOEL TORDJMAN

Nathalie ROUDIL-PAOLUCCI est hypnothérapeute et directrice de l’Institut de formation Noesis. PhD en sciences humaines dans les domaines croisés de la philosophie, de la psychanalyse et de la littérature italienne, elle mène des recherches en sciences de la communication, en maïeutique, en phénoménologie et en philosophie taoiste dans un esprit interdisciplinaire avant de fonder en 2013 l’institut Noesis, organisme de formation et de recherche hypnose eriksonnienne et en coaching intégratif et en art de la communication. Yoel TORDJMAN est un artiste peintre franco-israelien né d’une famille d’imprimeurs-typographes qui a pratiqué tous les arts allant de la reproduction à la typographie, en passant par le design graphique, le web design, la photographie, l’art digital, la peinture ou la sculpture. Il a également créé de nombreux projets artistiques internationaux ou gouvernementaux et réalisé de nouveaux concepts tel les premiers clips vidéo artistiques entre 1999 et 2002, et des journaux au design révolutionnaire (2002-2008) avant de devenir directeur artistique d’une grande école orthodoxe et consultant auprès du gouvernement (académie des sciences et technologies). Depuis 2011, il diffuse ses œuvres (plus de 300 toiles) sur les réseaux sociaux et connaît un succès grandissant auprès des internautes. Il a récemment exposé à Tel aviv, Jerusalem, Paris et New York (2012-2013). Nathalie Roudil-Paolucci a le grand mérite d’aborder l’œuvre de Yoel Tordjman sans la réduire, à la fois sous l’angle phénoménologique, privilégiant l’expérience et le pro-jet du peintre, et sous un angle intimiste, privilégiant l’apparition des signes et nous plongeant dans une transe quasi-hypnotique propice à l’exploration sensitive de sa Présence. Et c’est au prix de cette ascèse qu’elle parvient à se détacher de toute subjectivité, à saisir et dévoiler le sens « caché » de l’œuvre, à « laisser l’écriture se déréaliser » à l’instar de la poétique de Dante ou de la proposition de Nietzche de « pencher les choses et non les mots ». Une multitude de sens et un trajet unique, un attracteur étrange qui captive dans l’instant, s’intuitionne, se vit et se perçoit hors du temps. Et l’auteur de citer Pinieri qui résume parfaitement ce moment ineffable: « C’est bien d’une étrangeté de l’homme au monde d’un exotisme originaire dont parle la peinture. L’exil de soi, la quête d’une terre plus juste et féconde appelle la possibilité même de la part de l’homme de se penser « hors de » se concevoir sur un mode adversatif non pas comme plénitude ou manque mais comme être excessif. Il y a assurément une relation profonde entre l’utopie et la condition inachevée de l’être au monde ». Et il faut bien reconnaître que plus on découvre les collections aux titres évocateurs de Yoel Tordjman – Transmutation, horizon, Expression, Illusion, Projection, Floraison, Evolution -, plus on plonge dans cet univers métaphysique qui prend au corps, anihile la pensée – sa grande force – ou en épouse la plasticité (Debono, 2013), plus on est hanté par sa présence et les questionnements qu’il engendre. Y répondre serait minorer l’œuvre de l’artiste tant elle touche à l’essentiel, à la nature de la nature de Morin, au sens du sacré du Talmud ou à la conscience du monde de Borges. Autrement dit à la poétique même. Toute tentative de dévier de cette trajectoire parait vaine, sinon, comme l’évoque l’auteur en se référant à Roustang, en happant cet « espace ouvert en soi vers le monde Le qui perçoit au-delà des formes et des schémas cristallisés », cette « perceptude » conduisant à vivre intensément l’expérience esthétique, à aller au plus près de l’entre-deux-monde, là où les niveaux de réalité sont susceptibles de se croiser et de se transcender. Nathalie Paolucci conclue ainsi : « L’œuvre de Yoel Tordjman permet de conquérir la « créalité » dont nous avons besoin pour vivre en paix avec nous-même et le monde. Ainsi, donc créer sa réalité à partir des fragments du réel, recréer sa vie parce que tout repart dans le mouvement et l’indéfini, activer de nouvelles représentations, réorganiser son existence parce que l’Ouvert est à l’œuvre, accepter que tout est vanité, rien que vanité et, l’existence s’apaisera ». On ne peut qu’acquieser et vous encourager à faire vous même l’expérience de cette créalité au travers des toiles ineffables de Yoel Tordjman.

LA PHILOSOPHIE DU BONHEUR CHEZ WITTGENSTEIN A LA LUMIÈRE DU TAO

Claude BERNIOLLES est poète et philosophe. Diplômé en droit, il est très tôt entré en littérature, suivant les traces de Bonnefoy et de Bouverrese. Il poursuit depuis un travail de recherche sur Wittgenstein qui a été largement relayé dans PLASTIR (n° 20, 23, 25). Après avoir traité des liens entre Wittgenstein et Tchouang-Tseu dans son dernier article, Claude Berniolles prend en écharpe l’essai du philosophe et sinologue de renom François Jullien (Nourrir sa vie – A l’écart du bonheur), pour introduire une réflexion originale à partir des rares écrits sur le bonheur de Wittgenstein. Pour qui connaît un peu l’auteur du Tractatus, on ne trouve souvent chez le philosophe viennois que ce que l’on y apporte soi-même, un peu comme dans les auberges espagnoles… Il s’agit ici du Tao. Tant chez Wittgenstein, que du côté chinois, les textes de référence pour parler du bonheur, sont apparemment très éclectiques. La thèse est que Wittgenstein ferait figure de «sage moderne», à la pensée plus proche d’un Lao-tseu, que de l’eudémonisme des Grecs. Il est difficile de détailler les ressemblances et les différences entre la pensée du bonheur chez Wittgenstein et dans le Tao ; mais sans doute peut-on dire ceci : 1/Une différence de fond fondamentale sur la notion de sujet (pas de sujet dans le Tao, le Vide est la clé); mais un certain parallèle dans le mode de raisonnement qui touche à l’indéterminé et à l’allusif 2/Une vision du monde différente au plan de la philosophie du bonheur stricto sensu chez Wittgenstein et de ce qui est la sérénité du sage dans le Tao 3/Des accointances certaines s’agissant de la psychologie et de l’esthétique du bonheur 4/Les scintillements d’une même lumière vue de manière analogue dans un au-delà immanent, tant chez Wittgenstein que dans le Tao.

RENCONTRES ET PERFORMANCES : OUVERTURE ET OPINIÂTRETÉ DES IMAGINAIRES

Pascale WEBER est Maître de conférences habilitée (Performance/Photographie) à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre de l’équipe « Esthétique de la performance et des arts du spectacle » (EsPAS) de l’Institut A.C.T.E. et chercheure associée à l’Institut Pascal (Labex robotique et vision artificielle, UBP Clermont2). Dans le duo Hantu qu’elle forme avec Jean DELSAUX, elle est performeuse et travaille notamment sur la Mémoire et l’Identité en visitant les rites indonésiens, les genres ou les représentations du corps. Jean Delsaux est quant à lui également Maître de conférences (Université d’Auvergne) et chercheur à l’institut Pascal (même LAbex) et artiste plasticien. Son centre d’intérêt est la perception de l’espace et du vide, par l’interrogation des relations que nous établissons par l’image et la représentation avec le monde qui nous entoure. Ensemble, leur duo se définit comme tel : « ils conçoivent et réalisent des performances dans lesquelles un corps en mouvement est confronté à un regard extérieur. Pascale Weber s’isole suivant une procédure en permanente redéfinition, elle essaye de capter des énergies qui traversent son corps, de laisser s’exprimer ce qui parfois résiste à la compréhension, à l’entendement. Elle tente d’entrer en contact avec le non visible. Jean Delsaux, étranger à ces forces, a pour rôle de capturer, de transmettre et de rendre signifiant ce qui se passe, ce qui est arrivé, de rendre visible l’invisible, de faire apparaître les instants de basculement de la performance. Le dialogue entre le corps et le regard se construit hors du langage verbal. Hantu établit une communication entre un corps qui «performe» et un oeil qui «performe» sur ce corps. Les performances tentent de mettre en scène une réalité que révèle le corps présent et son lien avec l’oeil qui l’observe. » Leurs performances ont été notamment présentées seuls ou en duo à Paris (Palais de Tokyo, 104), Marseille (Friche de la Belle de Mai), en Tunisie (Palais Kheireddine à Tunis), GB (Plymouth), Portugal (Avanca-Porto), USA (Albuquerque), Taiwan (Taipei, Chiayi), Indonésie (Jakarta), Canada (Montréal), Italie (Milan), Allemagne (Cologne)… Le sujet qu’ils nous présentent pour PLASTIR traite des interactions entre la nature et la culture, entre la réalité et l’imaginaire, entre l’art et la science. Cependant, il n’est pas abordé sur le plan purement intellectuel, mais par le biais de l’expérience de terrain, de la performance, du vécu, de la rencontre avec des cultures situées aux antipodes l’une de l’autre, ce qui lui donne toute sa valeur. Hantu nous le résume ainsi : « Nous vivons entourés d’arbres, de robots, de fleurs, de réseaux numériques, de jungle et de béton. Nous évoluons dans des sociétés de contrôle et il est aussi important de comprendre ce qui, dans les technologies, détermine notre vie que de comprendre ce qui dans la forêt la favorise ou la met en danger. Dans cet article, nous mettons en regard, au travers des rencontres que permettent nos différents projets, certaines expériences conduites dans le contexte de cultures traditionnelles animistes, d’autres, développées avec des roboticiens et des informaticiens au sein de laboratoires de recherche. » Blog de Pascale Weber.

S’ENGAGER AVEC LE SENTIMENT D’UN ORDRE SUPÉRIEUR – RÉCONCILIATION ENTRE LA COMPLEXITÉ ET LA SIMPLEXITÉ AU TRAVERS D’UNE MÉTAPHORE MÉMORABLE

Anthony JUDGE a été longtemps directeur de la communication et de la recherche à l’UIA (Union of International Associations), un organisme chargé de répertorier et construire des bases de données encyclopédiques interactives sur le management des ressources et le développement humain telles The Encyclopedia of World Problems and Human Potential ou Yearbook of International Organizations. Auteur très prolixe, il a publié un nombre incalculable d’articles et de documents liés à la gouvernance, l’information, la connaissance et la stratégie. En 2007, il fonde l’union des associations imaginatives (Union of Imaginative Associations) qui a comme objectif de répondre au flux d’information et à la complexité croissante du monde par une veille constante et la production à grande fréquence de documents multimédia interactifs tels que ceux que nous avons choisi de publier dans PLASTIR. Comme dans sa précédente prestation explorant les capacités cognitives et noopolitiques de transmission de l’information des merles publiée dans PLASTIR 36, 09/2014 sous un jour totalement inatendu et novateur, Anthony Judge fait montre dans cet essai d’un savoir encyclopédique et d’une vivacité d’esprit qui surprend toujours et encore, irrite parfois, mais interroge sans ambages les grands défis du monde moderne. Le sujet abordé traite cette fois d’une question inattendue au premier abord, mais que l’on s’est tous posée un jour ou l’autre: qu’est-ce qui m’a poussé à prendre telle décision ou orientation ? Comment des êtres intelligents peuvent à un moment de leur vie basculer, devenir les disciples aveuglément obéissants de tel guru, attendre sans sourciller le messie ou « l’émergence d’un plan ultime » ? Y a-t-il un « ordre » ou une conscience supérieurs, que d’aucuns relient au charisme, à la maestria, à l’intuition géniale ou aux grands visionnaires ? Une pression d’engagement dans une voie X plutôt qu’Y qui ne répond pas à une déduction purement logique, mais plutôt à une injonction ? Injonction que l’on peut lier à à la part d’insondable qu’il y a en nous, à une cogntion incarnée sur le plan individuel, mais plus globalement à la « théorie du tout », la reliance de Morin ou la noosphère de de Chardin (Gaïa). L’auteur s’interroge aussi sur « l’extraordinaire sens de perfection » qui nait de l’expérience esthétique aigue, de l’acte créatif pur ou du « coup de foudre » lors de l’expérience amoureuse. Comment et jusqu’où cela nous engage-t-il, comment gérer cette attraction puissante, ce mystère, cet attracteur étrange ? Peut-on d’ailleurs les gérer? Anthony Judge traite le sujet par la transversale, explorant une à une les articulations qui conduisent les êtres humains à s’engager, seuls ou en groupe, dans de telles voies, étudiant la complexité du propos et les réponses que l’on peut y apporter sans préjuger de la réalité de la nature transcendante de quelque ordre supérieur que ce soit. En découle en premier lieu une tentative de réconcilier la complexité et la simplexité par la métaphore : stratégie subtile prenant en compte la multitude de manifestations de perfection que l’homme peut vivre, la reconnaissance de ces moments uniques ou de ces « ordres supérieurs » à travers une nouvelle façon de penser, plus métaphorique, plus représentée, plus « mémorable ». En seconde intention, l’auteur conduit ou suggère diverses stratégies ou plans d’action possibles, tournés vers le challenge, l’anathème ou l’affrontement du « satanisme », les métaphores de la perfection questionnables au travers de la méditation, la prise en compte en miroir d’une instance supérieure et l’apprentissage de la sagesse. Nous vous laissons découvrir et choisir ces chemins multiples qui croisent la nature, la culture, les arts, les sciences et la psychologie humaine avec comme objectif premier, l’habitation partagée d’un monde meilleur et en paix. Cet article est accessible en mode dynamique sur le site de l’auteur: laetus in praesens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *