Plastir n°1 – 06/2005

LE NON-MODÈLE ET SES MODÈLES : Exemple du Modèle de le Régulation des Couples Ago-Antagonistes 

Elie Bernard-Weil est professeur de médecine au Collège Hospitalier Pitié-Salpêtrière et membre de l’AFSCET. Il a animé des débats interdisciplinaires sur le thème Praxis et Cognition au colloque de Cerisy en 1988 et travaille sur la systémique, la dynamique du chaos et les systèmes ago-antagonistes dont il nous donne un excellent aperçu – Des Egyptiens à Luther – pour ce premier numéro de PLASTIR. A notamment publié « Stratégies paradoxales en bio-médecine et sciences humaines » chez l’Harmattan, 2002.

LE RAPPORT À L’ŒUVRE D’ART : PRÉSENCE INDICIBLE ET SENSATION IRRÉDUCTIBLE

Lili De Vooght est psychiatre phénoménologue, psychanalyste et chef de clinique universitaire à l’hôpital Universitaire de Leuven en Belgique. Elle est membre de l’Ecole Française de Daseinsanalyse et du cercle herméneutique et a contribué à de nombreux séminaires, ouvrages ou travaux sur la psychoanalyse, la phénoménologie existentielle ou l’approche psychothérapeutique. Elle nous livre ici, comme elle le fait rarement, tout un pan de l’art-thérapie au travers de l’œuvre de Bruegel et une vue en profondeur de l’univers feutré de la création artistique.

PEUT-ON PARLER D’UNE BIOLOGIE DE LA PERSONNE ?

Pierre Karli est professeur émérite à la faculté de médecine et président honoraire de l’Université Louis Pasteur de Strasbourg. Il est également membre de l’Académie des Sciences. Il a notamment publié chez Odile Jacob « L’ Homme agressif », 1987, « Le Cerveau et la Liberté, 1995 et « Les Racines de la violence », 2002. Grand humaniste, il nous fait l’honneur de nous livrer la primeur de ce beau texte sur « la tripartition de l’être humain » et la frontière entre biologie et psychologie issu d’une conférence donnée en 2005 à l’école doctorale « Humanités » de l’université M. Bloch de Strasbourg. Site de l’auteur.

LA VERITE NE SE TROUVE PAS PAR SIMPLE RÉFLEXION

Dominique Laplane est neurologue, professeur honoraire à l’Université Paris VI et ancien chef de service à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Dans le cadre de sa pratique hospitalière, il sera amené à s’interroger sur les fonctions cérébrales puis étendra plus récemment ses réflexions aux implications philosophiques de la neurologie. Il aborde ainsi la nature de l’esprit et notamment à la relation entre pensée et langage. Il publiera ainsi « Pensées d’outre-mots », Les empêcheurs de tourner en rond, 2000 et « Penser, c’est-à-dire ? Enquête neurophilosophique», Armand Colin, 2005 dont cet article représente les bonnes feuilles. Biographie de l’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *