Plastir n°12 – 09/2008

UNE EXPLICATION « ESTHÉTIQUE » DE LA SYMÉTRIE DES BIFACES ACHEULÉENS : QUELQUES ÉCLAIRAGES NEUROPSYCHOLOGIQUES

Derek Hodgson est un éminent spécialiste en paléoanthropologie et en neuropsychologie évolutionniste (Université de York). Il explore depuis de nombreuses années des sentiers croisés tels l’archéologie cognitive, la paléoneurologie et le paléoart, pénétrant de plein pied dans une ère nouvelle intégrant les connaissances oubliées, qu’elles touchent les aspects biologiques, culturels, informationnels ou artistiques. Il s’intéresse plus particulièrement aujourd’hui aux rapports entre l’art paléolithique et la psychologie de la perception. Ces travaux montrent notamment comment les facteurs neuro-psychologiques et les réseaux moteurs et visuo-spatiaux du cerveau ont concouru à l’émergence de l’ethnoarchéologie et de l’art primitif. Derek Hodgson, qui est parrainé par Anne Dambricourt pour notre revue, a publié dans des journaux spécialisés comme Cambridge Archaeological Journal, Current Anthropology ou British J. of Developmental Psychology, mais aussi dans des revues plus éclectiques comme Leonardo, Rock Art Research ou Journal of Consciousness Studies. Il a également contribué à de nombreux colloques internationaux sur le thème « Paléoart et neuroscience », notamment au congrès de l’UISPP de Lisbonne en 2006 et à l’université de Southampton en 2007. L’article original qu’il nous livre dans la langue de Shakespeare pour PLASTIR concerne l’étonnante symétrie présentée par les bifaces Acheuléens; symétrie ayant donnée lieu à de nombreuses controverses parmi les spécialistes, qu’il s’agisse de leur morphologie ou de leur proportion spécifique. Après avoir analysé ces différents points de vues, l’auteur les rapportent habilement aux recherches actuelles sur la perception visuelle, nous montrant avec conviction l’importance de la symétrie dans la reconnaissance d’objets et la perception du monde par les hominiens.

THÉORIES DE LA « PRÉDICTION » – L’INTELLIGIBLE CONNAISSANCE ESTHÉTIQUE

José-Louis Lestocart est archéologue, consultant au Collège de France au laboratoire de physiologie de la Perception et de l’Action, membre de l’association MCX, critique littéraire, d’art et d’essai et commissaire d’exposition au Ministère des Affaires Etrangères. Il est également un fidèle contributeur de PLASTIR nous donnant matière à réflexion dans le champ de l’art, de la réalité virtuelle et de la cognition. Il nous présente dans ce numéro une analyse extrêmement fouillée des théories dites de la prédiction, abordant, tout comme Derek Hodgson, l’art, la perception, la plasticité cérébrale et l’esthétique, mais vus sous l’angle de la modernité. Son approche se résume comme suit : « Perception et sensation du mouvement, devant certaines œuvres d’art (peintures, films ou vidéos), ne semblent pas pleinement prises en compte par les approches cognitivistes habituelles. J’ai réalisé une étude de perception du mouvement pictural sur des peintures originales de Francis Bacon. (avec Z. Kapoula, directrice de recherches au CNRS) qui ne m’a pas pleinement contenté; cette étude n’interrogeant pas la sensation d’un champ spatio-visuel extrêmement élaboré (qu’on pourrait appeler « futur ») fortement éprouvée lors de ces perceptions. Il apparaît en effet que certaines œuvres recèlent des parties cachées ainsi « subodorées » – ou même nettement présentes dans certains films expérimentaux ou vidéos-, qu’une certaine perception peut dévoiler de façon quasi-instantanée. Nous voyons dans les théories de prédiction de physiciens de l’université de Santa Fe (Crutchfield & Shalizi), des interrogations proches pouvant s’appliquer à l’interprétation et à l’entendement des œuvres. Enfin à propos de ce processus de déchiffrement s’opérant dans le cerveau en relation avec « sa » perception, on évoquera brièvement les travaux de Giacomo Rizzolatti. et les capacités d’imitation et de simulations des actions des neurones dits ‘miroirs’ ».

JULES VERNE OU LE MERVEILLEUX GÉOGRAPHIQUE – LE SUPERBE ORENOQUE (1898) –

Lionel Dupuy est doctorant en géographie, enseignant et historiographe de l’œuvre de Jules Verne (Laboratoire SET). Il nous a présenté dans les précédents numéros de PLASTIR (VI, VIII & X) toute l’originalité de son approche sur les aspects initiatiques, sémiotiques et temporospatiaux de l’œuvre vernienne. Il nous livre ici le quatrième volet de son analyse en ces termes : « Les Voyages Extraordinaires de Jules Verne se situent parfaitement à l’interface entre Littérature et Géographie. A ce titre, il est intéressant de remarquer à quel point ces derniers participent de ce que nous pouvons définir comme le merveilleux géographique. Cette analogie, issue de la typologie établie en Littérature par Tzvetan Todorov, permet de mieux mettre en valeur comment Jules Verne passe d’une Géographie scientifique, réelle, à une géographie plus imaginaire, fantastique dans ses romans. Dans cette perspective, l’analyse fine d’un des derniers chapitres du roman Le Superbe Orénoque (1898) permet d’illustrer comment l’auteur articule ce merveilleux géographique dans le cadre d’une aventure fondamentalement à mi-chemin entre Littérature et Géographie, entre réel et imaginaire ».

INTRODUCTION AU RÊVE DE DIOGÈNE DE SINOPE

Rémy Bastide est un sculpteur qui suit, depuis son apprentissage, un parcours onirique singulier – le rêve de Diogène – se parfaisant au gré des commandes et des chantiers: http://www.remybastide-sculpteur.fr/. Il a aujourd’hui un objectif clair : reconstituer le rêve du philosophe en grandeur nature. C’est pourquoi sa contribution à PLASTIR constitue plus qu’un témoignage littéraire, un véritable appel à collaboration aux associations transdisciplinaires et aux institutions qui voudraient soutenir son projet. PSA est de ceux-là et vous présente cette rencontre entre Rémy Bastide le sculpteur et le regard de Diogène, ou plus précisément « le rêve flottant devant les yeux de Diogène » selon ses propres dires. L’auteur nous présente ainsi la genèse de La table de l’homme, ce qu’il souhaite en faire : un espace interactif, dédié à la connaissance, où chercheurs et artistes pourront converser sans scission, sur le mode ludique, transgénérationnel ; illustration de « la réconciliation entre Diogène et Prométhée ». Le jeu est amorcé. Son terme est fixé au 21 juin 2010. A nous, à vous de saisir la balle au bond ! (Veuillez contacter PSA pour toute proposition).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *